Le président de MM&A, Ed Burkhardt, n’a pas engagé de firme de relations publiques pour gérer la crise. Pourquoi?

«Je ne suis pas du genre à dorer la pilule et engager une firme de relations publiques. Je ne pense pas que c’est ce que la population voulait entendre, ils voulaient les faits.»

M. Burkhardt a une perception du rôle des firmes de relations publiques qui est loin de la réalité.

En fait, si la MM&A avait eu une firme de relations publiques comme consultant, cela ferait longtemps qu’on lui aurait conseillé d’avoir des plans de gestion de crise en cas de catastrophe. En fait, pas un plan, des plans selon les possibilités.

Deuxièmement, un communiqué de presse aurait été publié rapidement dans un français de qualité. L’entreprise aurait aussi utilisé rapidement tous les médias disponibles, incluant les médias sociaux, pour communiquer avec le public et les parties prenantes. Un appel aurait été logé auprès de la mairesse. Des membres de la direction auraient été là beaucoup plus tôt.

Troisièmement, il n’y aurait pas eu deux, trois ou quatre porte-parole afin d’éviter les messages différents

Quatrièmement, on n’aurait pas créé de bouc émissaire. Ce n’est pas une bonne idée de blâmer les pompiers volontaires dans les jours suivant la tragédie et après de blâmer l’ingénieur du train, le conducteur.

Cinquièmement, on n’aurait pas annoncé comme cela que désormais les trains ne seront pas garés à Farham, mais à Sherbrooke sans en avoir parlé avec le maire avant de le dire publiquement.

Je pourrais continuer, mais j’arrête ici pour conclure ce qui suit.

Lorsque M. Burkhardt dit qu’une firme de relations publiques aurait doré la pilule, il démontre une fois de plus son incompréhension de la situation. Il n’y a pas de pilule à dorer M. Burkhardt.

Il y a surtout une communauté dans le deuil, un deuil qui s’étend à la grandeur du Québec. Il y a surtout une entreprise qui aurait dû assumer ses responsabilités dès le départ, et être responsable, c’est avoir un plan pour gérer une crise, même si on ne souhaite pas qu’elle arrive.