Une fois de plus, notre collègue Josiane Hébert fait état des bons et mauvais coups des chefs de parti actuellement en campagne électorale.

Philippe Couillard

Le plus: Philippe Couillard est resté au-dessus de la mêlée face aux attaques répétées et il s’est expliqué clairement. C’est l’attitude à avoir quand on aspire à devenir premier ministre.

Le moins: M. Couillard n’a pas réussi à amener le couple Marois-Blanchet à dévoiler ses actifs. Il a donc divulgué les siens sans forcer tous ses adversaires à faire de même.

François Legault

Le plus: François Legault livre la bataille politique de sa vie. Et on a vu cette semaine qu’il a encore de l’énergie pour attaque M. Couillard et Mme Marois et pour présenter son projet Saint-Laurent.

Le moins: on peut certainement lui reprocher l’usage de certains mots qui relèvent un niveau de langage «discutable», disons. C’est un langage qui ne convient pas à une personnalité publique ou à quelqu’un qui aimerait devenir premier ministre ou chef de l’opposition officielle.

Pauline Marois

Le plus: pendant le débat, Pauline Marois a dit qu’elle serait à l’écoute des Québec au sujet d’un éventuel référendum, en disant : «Est-ce que les Québécois en veulent un? Non, alors il n’y en aura pas.» Cela pourrait rassurer certains électeurs.

Le moins: le Parti québécois s’est attaqué à beaucoup de monde, cette semaine : Philippe Couillard sur des questions d’éthique, le Directeur général des élections (dans la fausse affaire des étudiants ontariens), Jacques Duchesneau (mis en demeure pour une entrevue à Radio-Canada), les étudiants ontariens. C’est mauvais parce que ça ne fait pas très constructif.

Françoise David

Le plus: Québec solidaire met de l’avant des thèmes que les autres partis n’abordent pas. Cette semaine, ce furent les Autochtones, les personnes âgées et les producteurs de fromage. Ça leur permet de courtiser des électorats ciblés.

Le moins: à 10 jours du vote, à ma connaissance, il n’y a toujours qu’un seul journaliste à bord de l’autobus de QS. Ils s’attendaient sûrement à une plus grande présence médiatique.