Le premier ministre, Jean Charest, accompagné de plusieurs de ses ministres, a multiplié au cours des dernières semaines les «bonnes nouvelles» gouvernementales ce qui ne laisse plus aucun doute quant à la tenue éminente d’élections générales au Québec. Le programme d’infrastructures pour les municipalités du Plan Nord, l’entente sur la gouvernance avec le Grand conseil des Cris, l’aide gouvernementale dans le domaine de la culture à la Ville de Québec en sont quelques exemples.

Jusqu’à maintenant, le chef du Parti libéral du Québec n’a pas présenté beaucoup de nouvelles recrues à l’exception de son «Équipe Plan Nord» formée de la mairesse de Fermont, Lise Pelletier  et du maire de Lebel-sur-Quévillon, Gérald Lemoyne.

Par ailleurs, quelques ministres dont des proches de M. Charest ont annoncé leur retrait de la vie politique. Pensons entre autres à son amie de longue date, Monique Gagnon-Tremblay, à la vice-première ministre Michelle Courchesne, au vétéran Yvon Vallières et au coloré Norman MacMillan. Par ailleurs, le ministre des Ressources naturelles et de la Faune et responsable du Plan Nord, Clément Gignac, a décidé de relever le défi de se présenter dans la région de la Capitale-Nationale où il réside et de faire face à la péquiste Agnès Maltais en poste depuis près d’une quinzaine d’années.

Quant à Pauline Marois, la chef du Parti québécois, celle-ci a multiplié les annonces de candidats  jouissant d’une notoriété comme le jeune Léo Bureau-Blouin, ancien président de la Fédération étudiante collégiale du Québec, Bernard Généreux, président de la Fédération québécoise des municipalités et Pierre Duchesne, journaliste à Radio-Canada.

De son côté, le chef de la Coalition  Avenir Québec, François Legault, attend la décision du président de la Fédération des médecins spécialistes, le Dr Gaétan Barrette, de faire le saut en politique active.  Il a par contre présenté celui qu’il considère comme son futur ministre des Finances, l’homme d’affaires Christian Dubé.

On connaîtra sous peu les thèmes et les engagements des différents partis. Parions que ces éléments se retrouveront au cœur de leur discours.

Parti libéral du Québec

  • La prospérité et le développement économique du Québec
  • Le Plan Nord et le développement des ressources naturelles
  • Le retour à l’équilibre budgétaire

Parti québécois

  • Le financement des partis politiques
  • Un plus grand contrôle du développement des ressources naturelles avec plus de redevances et plus de transformation
  • Le renforcement de la Loi 101 (Loi sur la Charte de la langue française)
  • La souveraineté du Québec

Coalition Avenir Québec

  • La réduction des structures de l’État québécois
  • Des changements importants en éducation avec l’abolition des commissions scolaires
  • Une plus grande place aux entreprises privées