Un seul débat des chefs à quatre aura lieu et ce sera le 19 août prochain sur les ondes de Radio-Canada, de Télé-Québec et de RDI. Le chef du Parti libéral, Jean Charest, le chef de la CAQ, François Legault et la chef du Parti québécois, Pauline Marois y participeront. Le quatrième chef présent sur le plateau sera la coporte-parole de Québec solidaire, Françoise David.

Le débat sera déterminant dans le choix des électeurs car plusieurs sont encore indécis. Qu’on soit pour ou contre les carrés rouges, qu’on soit adepte du «tout sauf Charest» ou souverainiste, il y a une évidence. L’élection se joue sur le thème de la corruption et d’un besoin de changement.

De plus, TVA présentera des duels entre M. Charest, Mme Marois et M. Legault les 20, 21 et 22 août.

Alors il faut se demander quel parti sera capable de proposer des solutions crédibles aux électeurs pour enrayer la corruption au Québec. Le ras-le-bol des électeurs sur ce plan est palpable. Durant le débat, ce sont les chefs de parti et non leurs candidats vedettes qui auront à convaincre les Québécois et Québécoises durant ces quelques heures de télévision en direct.

Puis la fin de semaine suivante, les 26 et 27 août, les bureaux de vote par anticipation seront ouverts. Tous les partis prendront d’assaut les foyers pour personnes âgées. Les associations étudiantes s’activeront. Tous voudront faire sortir le vote par anticipation et y mettront des efforts colossaux. Surtout que le vote du 4 septembre précède une longue fin de semaine qui sera l’occasion pour plusieurs de prendre des vacances et de discuter des élections post-débat, autour de la table de cuisine.