Le 5 juin prochain sera marqué par la Journée mondiale de l’environnement (JME). Alors, pourquoi ne pas mettre la table et parler de la communication environnementale, cette pratique qui fait souvent jaser.

L’environnement est aujourd’hui un aspect incontournable qui s’insère dans la stratégie globale des entreprises. Elles tendent de plus en plus à se conformer à des normes environnementales pour s’inscrire dans cette tendance qui se développe. La protection de l’environnement n’est plus seulement une préoccupation d’intérêt public, mais représente aussi une valeur pour certains, particulièrement chez la génération Y.

Logiquement, les entreprises cherchent donc à insérer la sphère environnement dans leur stratégie de communication. Mais attention! Ce ne sont pas toutes les entreprises qui réussiront à se tailler une place et à être crédibles en attaquant ce sujet. Il y a des pièges. Non seulement les journalistes spécialisés en environnement sont très sollicités par des entreprises voulant se donner une image plus verte, mais le public est de plus en plus informé et connait les objectifs recherchés par l’entreprise.

Aujourd’hui, une organisation ne se démarque pas des autres parce qu’elle se dit verte, bien au contraire! La différence se situe au plan des actions concrètes réalisées par celle-ci en matière d’environnement. Bien que la volonté d’être socialement plus responsable et de faire sa part pour l’environnement soit non négligeable, l’important, ce sont les résultats atteints. Est-ce que l’organisation s’est dotée d’une politique environnementale? A-t-elle établi une stratégie et des objectifs mesurables? Peut-elle quantifier son bilan environnemental? Ce n’est qu’après avoir creusé en profondeur et fait le tour de ces questions que l’entreprise sera assez mûre pour développer une stratégie de communication environnementale.

Les relations publiques ont un rôle crucial dans l’établissement d’une communication environnementale réussie. Si elles sont essentielles pour accroître la visibilité et la notoriété, il en est exactement de même pour les entreprises qui souhaitent montrer à la face du monde leurs bons coups en matière d’environnement. Lorsque vous récupérez ou que vous faites un geste pour l’environnement, vous en êtes fier. C’est la même chose pour les entreprises, pour qui amalgamer performance environnementale et rentabilité est un véritable exploit. Les relations publiques sont donc là pour développer une approche stratégique. Il faut savoir choisir et doser la quantité d’information proposée. Si une entreprise se dit verte, et qu’elle ne l’est pas en réalité, son image subira des dommages importants.

Le rôle de conseil stratégique des relations publiques est d’autant plus important lorsqu’il s’agit de proposer des initiatives pour la communication environnementale d’une entreprise. À titre d’exemple, une norme sur la communication environnementale (ISO-14063) existe pour fournir aux organisations des lignes directrices afin de mettre en valeur leurs performances en matière de protection de l’environnement.

Néanmoins, la clé du succès d’une bonne communication environnementale repose sur la volonté constante de l’entreprise à réduire l’impact de ses activités sur l’environnement.

MAJ: L’auteure, Xuan-Lan Vu était Conseillère chez H+K Stratégies au moment de la publication de ce billet.