Le président américain Barack Obama est arrivé en Afrique du Sud où l’ancien président Nelson Mandela est entre la vie et la mort. Ses proches font état d’une stabilité de son état de santé.

Il n’est pas prévu que Barack Obama se rende au chevet du héros national âgé de près de 95 ans, sauf si la famille de l’ancien président sud-africain devait en décider autrement.

M. Obama a souligné qu’il tenait à ne pas importuner la famille. « Je n’ai pas besoin d’une photo avec lui. La dernière chose que je veux faire, c’est être indiscret à un moment où la famille est inquiète », a-t-il dit.

« I don’t need a photo op. »

Les deux hommes s’étaient déjà rencontrés en 2005, alors que Obama était un jeune sénateur.

Pourtant, selon sa famille, même un Madiba, nom de tribu de Nelson Mandela, mourant ne veut pas d’Obama à ses côtés, il semble.

Madiba et Obama sont tous les deux lauréats du Prix Nobel de la Paix, ont dirigé leur pays respectif et ont la même couleur de peau ; la comparaison s’arrête là. Il est certain que les deux n’ont pas eu le même parcours ou connu les mêmes embuches.

Barack Obama n’a pas vécu dans la grande pauvreté ou la ségrégation raciale connue sous le nom de l’apartheid. Il n’a pas non plus passé une partie de sa vie en prison à cause de ses convictions.

Monsieur Obama est allé aux meilleures écoles et s’est orienté vers la politique en étant organisateur dans sa communauté puis a été parachuté à l’avant-scène politique. Ce n’est certainement pas rien comme accomplissement que de devenir le premier président noir des États-Unis. Cela a dû prendre beaucoup de persévérance et de détermination de sa part.

Pourquoi avoir besoin de mentionner premier président noir des États-Unis?

Nelson Mandela s’est battu toute sa vie pour que la couleur de peau ne soit pas pertinente au débat ?

Ceci étant dit, certains diront qu’il s’est rendu en Afrique du Sud avec toute sa famille pour dénicher la photo historique.

Lors d’un discours à l’Université de Cape Town, Obama confie. « Mandela est un héros pour le monde entier. J’ai eu le privilège de rencontrer Madiba et de discuter avec lui. C’est un de mes héros personnels, mais je ne suis pas le seul. Il est le héros pour le monde entier », avant de faire une digression.

« Lorsque j’étais en Faculté de droit en 1990, j’ai vu Nelson Mandela à sa sortie de prison, après 27 années d’incarcération. Il a dit : « j’accepte mes anciens oppresseurs, je crois en un seul pays, je crois que les gens doivent être jugés sur la base de leur caractère et non sur la base de leur couleur ».

Obama de reprendre : « Nous accompagnons le peuple sud-africain dans nos prières et plus particulièrement à la famille de Mandela. Lorsque Nelson Mandela nous quittera, nous saurons tous, je pense, que son bilan et son héritage seront pour des siècles », conclut le Président des États-Unis la mine basse.

Nelson Mandela est une légende vivante, l’homme qui a exercé le plus d’influence dans la transformation démocratique de l’Afrique du Sud et qui a négocié les fondations de la nation sud-africaine de nos jours. Les Sud-Africains n’ont certainement pas apprécié qu’on parle du père de la nation au passé.

Le chef de l’exécutif américain ne s’est pas rendu au chevet du malade, mais a brièvement rencontré des membres de sa famille. Barack Obama s’est rendu à Robben Island, le bagne où Nelson Mandela a passé 18 de ses 27 années de détention. A la fin de la visite de ce bagne, le président américain s’est dit « empli d’humilité ».

Le président Obama avant même d’arriver en Afrique disait qu’il allait au chevet de Nelson Mandela et allait prendre une photo historique. Il est certainement dommage que le Président de la plus grande puissance mondiale n’ait pas la délicatesse de demander la permission à la famille avant de faire ce genre de déclaration. Obama peut penser qu’il est un frère africain de Madiba, mais il semble que la volonté de la famille pour une personne mourante devrait être respectée.

Barack Obama aurait-il succombé à la couverture médiatique actuelle sur l’état de santé de Nelson Mandela ?

Il faut dire que la cote de popularité du président n’est pas très bonne ces jours-ci. Pourquoi ne pas saisir l’opportunité de se faire photographier avec un homme mourant?

Si les conseillers d’Obama avaient mieux fait leurs devoirs, il semble qu’ils auraient pris en compte la sensibilité des Sud-Africains par rapport à l’image de leur Tata, leur père, le père de la Nation.

Il y a quelques mois le Président de l’Afrique du Sud, Jacob Zuma, a rendu visite à Nelson Mandela et a publié une photo lui tenant la main en souriant à ses côtés. Cette photo a été très mal reçue par la population africaine et ses proches puisque c’était une atteinte à la dignité de la personne. Madiba semblait mourant, très diminué, image forte! Un manque de jugement, diront certains, pour une personne qui a consacré sa vie à l’égalité et la dignité entre êtres humains.

Lors de l’allocution de 1964, lorsque Nelson Mandela a reçu le verdict de la vie en prison, il a prononcé :

“During my lifetime I have dedicated myself to this struggle of the African people. I have fought against white domination, and I have fought against black domination. I have cherished the ideal of a democratic and free society in which all persons live together in harmony and with equal opportunities. It is an ideal which I hope to live for and to achieve. But if needs be, it is an ideal for which I am prepared to die.

Les paroles d’un grand homme.

Photo : New York Times